DESIGN GRAPHIQUE : CAROLINEBARDINET@GMAIL.COM / REDACTRICE EN CHEF : MAUD.TORRE76@GMAIL.COM / CONTACT : BAROUDEUSECULINAIRE@GMAIL.COM

MAROC

 

J'éprouve un dépaysement dans cette oasis à Figuig. Je suis invitée à célébrer le Laïd El Kabir, l'une des fêtes religieuses les plus importantes au Maroc.



Elle commence par l’achat d’un mouton dont la taille correspond aux revenus de la famille. Le Laid el Kabir est une fête « du partage », toutes les catégories sociales participent.
 

Cette tradition religieuse veut que l'on donne la moitié de son mouton aux plus pauvres, les familles aisées achètent même parfois des moutons entiers pour les personnes aux faibles revenus.
Une fois le mouton acheté, il est égorgé selon des règles religieuses précises. Chaque partie sert à la préparation plats dont les coutumes culinaires varient selon les pays et les régions. Les festivités sont ponctuées de repas atypiques préparés uniquement à cette occasion.



AU MENU DES FESTIVITÉS

 

Les parties les plus nobles du mouton, comme le foie, sont réservées pour le 1er repas, celui qui rassemble la famille. Au déjeuner, découvrez le Douara (les tripes de mouton aux épices) ou le boulfaf (brochettes d’abats de mouton) accompagnées d'un thé à la menthe.



La table est souvent garnie de petites salades concoctées selon les préférences de chacun. Cette première journée s’achève enfin avec le dîner : tripes cuites à la tomate, ail et épices (cumin, paprika, coriandre) et pois chiche.

La nuit fait la transition avec la seconde journée de Laïd, aussi chargée en plats que la précédente !

«  Bismillah ... »

Préparez-vous à manger des abats surtout si vous n'en avez pas l'habitude !